Marcoule le site déjà épinglé plusieurs fois par lASN

first_imgMarcoule : le site déjà épinglé plusieurs fois par l’ASNCet après-midi, l’Autorité de sûreté nucléaire a révélé que ce n’est pas la première fois qu’un incident se produit sur le site nucléaire de Marcoule qui regroupe de nombreuses installations. Depuis l’an 2000, l’agence a comptabilisé 18 rapports dont celui d’un incident de niveau 2 survenu en mars 2009.Depuis sa création en 1956, le site de Marcoule situé sur les bords du Rhône dans le Gard a accueilli de nombreuses installations dont le fameux centre de traitement et de conditionnement des déchets Centraco. Mais comme a pu le laisser supposer l’incident survenu ce matin dans le four, l’incinérateur n’est pas comme les autres. Il traite des ferrailles et autres pièces métalliques radioactives issues des centrales d’EDF, des installations du Commissariat à l’énergie atomique mais aussi de laboratoires ou d’hôpitaux, rapporte Le Figaro.fr. Le but est ainsi de fondre les métaux à 1.600 degrés Celsius ou de les incinérer afin de réduire le volume des déchets, jusqu’à dix fois, avant de les expédier au centre de stockage de Soulaines, dans l’Aube qui est géré par l’Agence nationale de déchets radioactifs. Toutefois, les déchets sont de très faible à faible activité radioactive. Lors de sa première année d’activité dès 1999, l’usine avait traité 1.809 tonnes de déchets transformés en 1.832 colis, selon Le Figaro.  Un incident de niveau 2 en mars 2009 Mais comme d’autres installations nucléaires, l’usine Centraco et le site de Marcoule ont déjà connu plusieurs incidents et étaient étroitement surveillés par l’Autorité de sûreté nucléaire. 18 rapports d’incidents auraient ainsi été comptabilisés à Marcoule depuis l’an 2000 par l’agence d’après l’Express.fr. Le dernier remonterait au mois de juin lorsque le personnel de l’usine a constaté qu’une alarme incendie de l’unité d’incinération ne fonctionnait plus. Néanmoins, un incident bien plus sérieux, classé en niveau 2 est survenu en mars 2009 sur le site, plus précisément à l’installation nucléaire Melox d’Areva. À lire aussiRisques naturels : un site Internet pour mieux s’y préparerA l’occasion d’une opération exceptionnelle, une masse de matière fissile avait été introduite dans l’usine et avait provoqué un dépassement de la “limite de sûreté-criticité”, autrement dit le démarrage d’une réaction nucléaire non contrôlée, relève le Figaro.fr. Depuis 2010, le CEA s’était donc engagé vis à vis de l’ASN “à réaliser des travaux importants pour améliorer la sûreté de ses installations”. Des progrès et des améliorations constatées par l’ASN qui restait vigilante. Quant à l’usine Centraco, l’autorité avait rappelé le 6 avril 2011 un “constat de lacunes dans la culture de sûreté au sein de l’installation Centraco” durant 2010 mais avait également estimé que les “mesures correctives” commençaient “à porter leurs fruits”, cite L’express.fr.Découvrez les premières images de l’accident nucléaire survenu sur le site de Marcoule Le 12 septembre 2011 à 18:17 • Maxime Lambertlast_img read more